Violinne

Iulia Toyo


Ebook Iulia Toyo

Julia est un Sagittaire qui aime parcourir le monde, les montagnes et les pays, les poèmes et les rêves.

Dès son enfance elle aimait les mathématiques, et ainsi elle a étudié l'ingénierie à un collège montagnard. Puis vint un master en tourisme, et des films réalisés au Festival International de Théâtre de Sibiu, où elle a rencontré de nombreux artistes du monde entier, bonne occasion de connaitre en vivant leurs culture (théâtre, poésie, musique).

Maintenant elle étudie à nouveau, cette fois-ci la Faculté des Sciences Informatiques, elle lit et écrit des poèmes, elle fait des films d'animation et des programmes d'informatique, surtout des sites de littérature et des montagnes.

On peut dire que Julia est un mathématicien - artiste, ou un artiste qui aime l'informatique, mais surtout elle aime la vie et la poésie de la vie.

www.muntii-bucegi.ro/bucegi_montagne

Un beau jour

Un beau jour, les paroles du poète
Pousseront comme les fleurs dans les champs d'été,
Les vagues de nos larmes écumantes
Se briseront dans des lointains d'amas d'étoiles,
Les rayons du soleil vont écrire sur les hautes montagnes
Les paroles Paix et Amitié,
Et les rues de la ville seront remplies de trésors insoupçonnés,
Comme l'amour, le pardon...

Un beau jour, les paroles du poète
Chanteront dans la langue des anges et le sourire des enfants,
La joie remplira les cœurs des innocents
Qui oublieront le racisme, la faim et la douleur,
Et casseront en miroirs les tristesses de la solitude.

Un beau jour, nos rêves trouveront l'espoir
Des Âmes sages,
Et le caractère sacré de la vie
Va régner sur le monde nouveau,
Gouverné par les poètes libres,
Un monde de paix.


Préambule

(Le Grand Prix du Cercle Littéraire au Concours international de poésie pour la Journée Mondiale de l'Afrique, berceau de l'humanité, des civilisations, des sciences et des religions)

Je n'ai pas fait les croisades du Moyen Âge,
Pour occuper les Terres Saintes.
Je n'ai pas fait l'Holocauste,
À tuer les dizaines de millions de gens.
Je n'ai pas fait l'Apartheid,
Pour séparer de millions de personnes.
Je n'ai pas inventé l’extermination d'Auschwitz-Birkenau,
Je n'ai pas massacré les Indiens d'Amérique,
Je n'ai pas laissé tomber la bombe sur Hiroshima,
Je n'ai pas inventé le bolchevisme...
Mais, parfois,
J'ai honte d'être humain...

Les couleurs de la Nuit

Vole, par-delà des horizons, ma nuit bleue,
Avec tes ailes qui frappent les cieux d'émoi,
Commence ton jeu!

Viens, ma ténébreuse, belle nuit noire,
En ravageant mon coeur, apporte-moi
L'espoir!

Viens sur mes déserts, magique nuit jaune,
Toi, seule, peux faire encore sourire
Les anémones…

Vers minuit, terrible nuit rouge
Aux ailes de feu, vole et arrête l'avenir
Du déluge!

À l’aube, aux coins de ma grise nuit sombre,
Les dieux immaculés frémissent
Dans l'ombre...

Tu illumines toutes les couleurs, longue nuit blanche,
Nuit d’acteur, où les rêves sont nés et périssent,
En avalanche...


Rêve

La nuit tombe avec ses rideaux sur les jours
Qui s'en vont vers d'autres lointains,
Et m'apporte aux fenêtres de mon alentour
Des images qui s'enfuient, des images qui reviennent...

Je revois la maison où j'étais petit enfant...a
Garderait-elle encore mes beaux rêves?
Le jardin où j'allais jusqu'à l'aube, me promenant,
Près de sa petite source, où je buvais ma sève...

Ma douce mère et l'amour infini de ses yeux,
Mes promesses à devenir grand artiste,
Quand la vie n'était qu'un éternel magique jeu,
Quand la vie n'était pas si dure, si injuste...

Je revois mes frères, mes amis, mes amours,
Qui garderont toujours une place dans mon âme,
Ma jeunesse, mes envols, mon travail, mes carrefours,
Mes succès, mes bonheurs et mes drames...

Je retrouve mes souvenirs, mes élans, mes désirs,
Tout est là, dans l'immense, l'inconnu circuit,
Qui roule comme un moulin, jour et nuit, sans saisir...
C'est ma vie cachée dans mes rêves, au minuit...


Bouquet

Fleurs d'été,
Du soleil,
Champs de blé,
M'émerveillent.

Feuilles d'automne,
Murmurant,
Rouges et jaunes,
Volent au vent.

Et l'hiver,
Blanc solfège,
De mystère,
Fleurs de neige...


L'amour d'enfant...

C'est le besoin de savoir,
C'est le besoin d'espoir,
D'avoir soleil et cieux
Chaque jour, dans ses yeux,

De faire confiance
Dans toute ambiance,
Rêver le lendemain,
Les étoiles dans la main,

L'amour c'est bénir
Chaque jour de l'avenir,
Vivre d'espérance,
Tout le monde d'enfance...


Sur la rue des temps passés

Sur la rue des temps passés
On divise l'éternité
En maisons,
En étoiles et en chansons,

En toits rouges,
Vol des carouges,
Et on pense à l'âge de danse,
De l'enfance...


D'alentour...

On dit que chaque pierre,
chaque arbre, chaque endroit,
De cette magnifique Terre,
Me parle de toi,

Ma maison d'enfance,
Que j'ai quitté un jour,
Chercher l'élégance
D'alentour...


L'automne

C'est la danse triste de l'automne
Que le vent danse dans le feuillage,
Quand la fin d'été nous donne
Quelque poids sur notre âge,

C'est la tristesse d'un violon
Quand toutes les pensées s'endorment
Comme le chant des pigeons
Qui s'envolent...


Georges Moustaki

Avec ta gueule de métèque
Tu es venu, cher ami grec,
Pour nous chanter de liberté,
De solitude et de l'été,

Tu es venu nous enchantant,
Avec tes cheveux aux quatre vents,
Rêveur de nuit et de chaque jour,
D'une belle éternité d’amour...


Ma maison

Ma maison d'enfance
C'est un beau souvenir,
Une chanson, une danse,
Sur la rue de mon avenir.

Mon petit village,
Je le vois souvent,
Me parlant de l'âge
Quand j'étais enfant.


Printemps

Au milieu de la forêt,
Sur le lac,
le vol des papillons.

Derrière la colline,
le soleil
nous sourit.

Sur les branches,
les bourgeons
se reveillent.


Enfance

Rêve d’enfant
Papillon survolent
Les espaces d’antan.

Quand de lointain
Dans un ciel certain
Le souvenir vient

Parmi les bourgeons,
Mon âme est plongeon
D’un blanc pigeon.


Comme un violon

Les arbres fremissent vers le ciel,
Dans la forêt qui cache le mystère,
L'herbe rêve de vert,
Dans la montagne qui nous a couvert,

Comme un violon tout solitaire,
Qui chante au son de la rivière
Le danse des pirouettes
En cri de l’alouette...


Balchik

Il neige, a Balchik
C'est l'hiver, c'est chic
Une chimère en rouge
Sur la mer qui bouge.

C'est l'hiver, c'est chic
Le ciel et la terre,
Couverts de mystère
Il neige, a Balchik


Monde armé

Monde armé qui tue
Le destin humain,
Des enfants reclus
Dans un coin de haine
Et à peine vivants,

La mort se promène
Sur des chevaux d’argent…

Monde armé, je veux,
Contre tes tueurs,
Te donner, au lieu
De tes armes, des fleurs!


Il neige

Il neige, c’est l’hiver,
Tout est blanc au monde,
C'est comme une chimère
Partie vagabonde.

C’est l’hiver, il neige,
Le ciel et la terre,
Le blanc en cortège,
Apportant mystère.

Le vent s’est couché
Dans un petit collège,
Nous sommes tous touchés,
Nous, bonshommes de neige.


Qui parle?

Qui parle? La neige,
Dans la nuit rêveuse,
Tendre perce-neige,
Murmurant berceuse.

Qui parle? Le vent,
Chuchoteur d'histoires,
Des héros vivant
Dans des châteaux noirs.

Qui parle? Ce sont
Les enfants du ciel,
En chantant très fort…
Qui parle? Noël!


Comme les arbres

Comme les arbres cherchent le ciel,
Comme la forêt cache le mystère,
Comme l'herbe rêve de Blanche-Neige
Et la montagne nous protège,
Comme l’ours veut un peu de miel,
Et dans son lit, la rivière
Emporte le cri de l’alouette,
Mon âme rêve d’une chansonnette !


Pigeon

Des pigeons s’envolent
Dans mes rêves d’enfant
Et leurs ailes survolent
Mes hivers d’antan.

Ils m’appellent, lointain,
Dans un ciel très beau,
Vers un sud certain,
Pour tout oiseau.

Comme un rêveur vient
Parmi les bourgeons,
Mon âme devient
Un blanc pigeon.




footer

Copyright © 2018 Violinne · All rights reserved. Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.