Violinne

Il neige


Il neige parfois, avec nostalgie,
Quand les nuits et les jours s'enfuient lentement, à peine,
Il neige avec des mots, dans la poésie,
Il neige avec des étoiles qui brillent dans mes gènes.

Sous mes lourds pieds, la neige pleure à voix basse,
Et le bonhomme de neige pense
À l'ancienne odeur de pomme au four,
Que le vent porte, parmi les avant-toits, à son tour.

Des fenêtres fermées m’entourent à tout lieu,
Où les tristes couchers de soleil battent,
Des mots provisoirement remis en jeu,
Et la lune parmi les glaçons qui pendent.

Je ferme la pelle à main comme les gourmets,
Quelques larmes parmi les mains, en sortent,
Un flocon de neige traverse des sonnets,
Dans lesquelles, le vent fatigué, s’endort.

Pendant que je lutte en un dernier effort,
Les lourdes neiges me rappellent, après la gloire,
Que le temps est lui-même en retard, qu’il a tort,
Et je ne vais trouver que votre ombre, dans ma mémoire.

Il semble, cependant, une poutre en arc d’été,
Parmi l'éclatement des nuages qui sonnent le clairon;
Sur les pierres de la douleur, dissipé,
L’hiver draine comme un fleuve de larmes, en leur son.

Sur ma poitrine, comme une plaie embrassée,
Un morceau de ciel et un coin de la lune, je rassemble,
Et dans mon rêve, pour la première fois, éclairée,
Main dans la main, nous partons ensemble.

footer

Copyright © 2018 Violinne · All rights reserved. Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.