Violinne

Je passe


Je passe, voyageur solitaire, parmi les étoiles et je vais
Chercher l’inconnu…
Mes éphémères dieux sont seuls en moi, tu le savais,
C’est mon voyage, coeur nu.
Le soleil brille dans tes regards magiques,
Rêve sans visage,
Sur l’infinité des neiges des montagnes mystiques,
Pendant que ces versets sont mon seul équipage.
Belle pensée,dans mon oeil pluvieux,
Qui m’apporte, le plaisir qui tue, toujours froide,
D’une mantie de ce ciel poussiéreux
Je t’ai fait une ballade,
Perdue dans la pensée des nobles attitudes,
Pour d’autres mondes, sans temps et fierté,
Quand je serai seulement la mémoire de mes solitudes,
En attendant, pour nous, une prochaine volupté.

Je suis l’océan qui coule sans ma vie d’une seconde,
Qui s’envole, parmi des continents comme un nuage rond.

Ton pays est dans mes rêves,
Fragile comme une soirée d’été,
Et avec le vent qui brise tu t'enlèves,
Un étranger perdu vers l’éternité;
Peut-être sommes-nous le même rêve sublime,
Tu vis dans ma mémoire, pour y toujours durer,
Mais ce qui nous sépare c’est l’ abîme
De l’écart des chemins qu’on passe, sans se retourner.

footer

Copyright © 2018 Violinne · All rights reserved. Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.