Violinne

Les dialogues de minuit


Les cieux éclatent en mille bougies,
Que les dieux, blasés, allument;
Vers nulle part, quelques poésies
Portent leur tristesse, sur quelques plumes.

Seul dans la rue Radionique,
J’écoute le murmure de la Terre,
Dans ses vibrations quantiques,
Qui règnent sur tous les grands mystères.

C’est quoi l’humain, le monde, la pierre?
Les quatre-vingt-dix-neuf pour cent
D’atome sont vide. La matière
C’est l’énergie ? c’est l’accident ?

Je ne suis qu'une division,
Une brève fréquence d'Atlantide ?
Champ d’incertaine évolution,
Géométrique partage du vide ?

Tout n’est qu’énergie, je comprends enfin,
Le monde n’est pas de la matière,
Mais j’entends des voix qui me disent quand même,
Qu’il y a, pourtant, beaucoup de misère…

"- Comme après tout long jour, je prie:
Dieu, protège-moi l'espoir,
Dans cette boîte devenue abri,
Où je n'ai rien mangé ce soir..."

"- Ça sent très bon, j'en suis ravi,
Comme dans un champ immense de grain.
Je pense, pressé par mes soucis :
Combien peut-il coûter, un pain? "

"- Encore une ligne de cocaïne,
Pour que la vie soit plus humaine,
Dans ce supplice des grands indignes...
Ô, Dieu, garde pour toujours ma haine! "

"- Parmi les bombes d'inconscience,
L'aléatoire mélange les cœurs,
Et je ne sens plus la souffrance,
Dans l'hôpital de la douleur. "

"- Dans quelques dogmes m'ont rejeté,
Tué par le premier enfant -
Fruit du péché. Comment pourrais-je m'excuser,
Au dernier grand Jugement?! "

Jour après jour, l'enthousiasme
Apporte le soir et ses chimères,
Le rouge à lèvres sur le sarcasme
Des grandes amours, si éphémères…

"- Elle m'attendra, tout éperdue,
Je ferai croire souffrir sincère :
Au lendemain, ma belle rue
Aura perdu charme et mystère…"

"- Il me dira les mêmes paroles,
Que je connais et je déteste ;
Je vais jouer bien mon rôle,
Par pitié de tous ses gestes. "

"- Dans le cynisme du matin,
Elle sera perdue dans mes yeux..."
"- Je sais que tous les lendemains,
Pour moi, minuit restera bleu... "

Des hommes sans corps, sur les trottoirs
De quelques sorts infortunés,
Cœurs jeunes et froids, des âmes noires,
En dialogues de leurs pensées...

"- Bienvenue le monde magique
Des virtuels systèmes des drames,
Aux rendez-vous électroniques,
Parmi les pixels de mon âme!

- En les voyant interclassées,
Deux à deux mille, les paires heureuses,
Comme en binaires concaténées,
Ma puce s'engage, affectueuse!"

Seul dans la rue du Radion,
J’écoute le murmure qui m’apporte
Des passagères émotions.
C’est minuit, je ferme la porte…

… et je te trouve, comme tous les soirs,
Dans mes ténébres enterrée,
Au-delà de tous les vains espoirs,
Ma belle perdue à tout jamais...

footer

Copyright © 2018 Violinne · All rights reserved. Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.