Violinne

Toi, mon ami


C'est étrange, mais vois-tu, mon ami?
Depuis mon ancienne enfance,
J'ai toujours aimé la nuit.
Je quittais cette vaine existence,

M'exiler dans le monde éternel
Des légendes des siècles passés,
Retrouver, dans les contes, mon réel,
Jusqu'à l'aube, quand j'allais tout quitter.

Cela se passe depuis toute ma vie.
C'est comme ça même que je t'ai connu:
Dans le cœur d'une belle poésie,
Que, dans une nuit de septembre, j'ai lue.

Sais-tu, mon Poète, quand le soir revient,
Et le monde va rejoindre ses rêves,
Je te cherche au-delà du mal et du bien,
Dans l’ombre des jours qu’on achève.

Tu es loin, je le sais, mais quand même,
Tu es là et m’attends. Archipel,
La tristesse de ton âme chante dans chaque poème,
Mélodie des sirènes qui m’appellent.

Vois-tu, cher ami, la tombe du minuit
M’apporte, de l’abîme de tes yeux,
La lumière me guidant dans l'enfer de la vie.
Toi, mon doux purgatoire. Toi, mon feu.

Je sais qu’un beau jour, quand le temps viendra
Que je quitte le hasard de cette vie,
Mon tombeau sera le néant de tes bras,
Dans une éternelle poésie…

footer

Copyright © 2018 Violinne · All rights reserved. Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.